Les aventures de Sherlock Holmes – Arthur Conan Doyle 2/2

Poster un commentaire

5 mars 2015 par sweetmadonna

Après l’article sur la première moitié de ce premier recueil de nouvelles consacré aux enquêtes du célèbre détective, place à la suite et fin avec les 6 autres histoires narrées par Conan Doyle dans Les aventures de Sherlock Holmes. Au menu cette fois-ci : L’escarboucle bleue, La bande tachetée, Le pouce de l’ingénieur, L’aristocrate célibataire, Le diadème de béryls et Les Hêtres-Dorés.

 

 

L’escarboucle bleue

 

Située chronologiquement entre L’homme à la lèvre tordue et La ligue des rouquins, L’escarboucle bleue est un récit original dans la construction de son enquête. En effet, l’intrigue de départ et celle finale sont plutôt éloignées et donne un cachet un peu différent à cette nouvelle. En effet, le commissaire Peterson vient voir Sherlock Holmes après Noël pour lui demander son aide : il a découvert une pierre précieuse dans le gosier d’une oie ! L’aide de détective est nécessaire car cette oie était en possession d’un homme prit dans une rixe et qui a fui en voyant le policier, laissant derrière lui l’oie et son chapeau. Recoupant cette découverte avec le vol de L’escarboucle bleue de la comtesse de Morcar dans un hôtel quelques jours plus tôt, Holmes mettra sa science de la déduction en marche pour relier le chapeau et le bijou et ainsi remonter au véritable auteur du vol, tout en innocentant un homme emprisonné. Une bien sympathique nouvelle !

 

La bande tachetée

 

La nouvelle qui suit possède une petite particularité : elle se déroule, bien entendu, après la rencontre entre Sherlock Holmes et Watson, mais aussi avant Une étude en rouge. On est donc devant la « première » (pour le moment) aventure de notre duo de détective, une aventure très intéressante et rondement menée, qui mettra encore une fois en avant les capacités de déduction hors normes de Sherlock Holmes. Si on devine assez facilement l’identité du coupable, la manière de commettre les crimes est encore ingénieuse et les détails des déductions d’Holmes font toujours leur effet ! Une très bonne nouvelle, là encore.

 

Le pouce de l’ingénieur

 

Situé chronologiquement entre L’homme à la lèvre tordue et L’escarboucle bleue, Le pouce de l’ingénieur met en présence de Watson un jeune hydrologue dont le pouce a été sectionné. Devant son histoire étrange, Watson mène le jeune homme chez Holmes, qui parviendra à comprendre qui était l’homme ayant engagé l’ingénieur et les raisons l’ayant poussé à ne pas vouloir que ce dernier revienne vivant du travail qu’il effectuait. Nouvelle intéressante, mais un peu trop « facile » à résoudre.

 

L’aristocrate célibataire

 

L’histoire de L’aristocrate célibataire se situe chronologiquement après celle des Cinq pépins d’orange et avant celle d’Un scandale en Bohème.  C’est une simple histoire de disparition qui est l’objet de cette nouvelle enquête. En effet, l’épouse d’un aristocrate disparaît juste après son mariage, de manière bien mystérieuse. Son époux demande alors l’aide de Holmes, qui parvient assez facilement à débrouiller cette affaire, comme le lecteur par ailleurs. Une petite enquête anecdotique.

 

Le diadème de béryls

 

Chronologiquement situé entre Une étude en rouge et Cinq pépins d’orange, Le diadème de béryls propose une enquête très intéressante, mettant en avant les qualités de déductions légendaires du détective. Donné par un notable en gage, ce diadème est en partie volé et abîmé, le fils du banquier étant accusé du larcin. Holmes devra alors tenter de prouver l’innocence de l’accusé, tout en dénouant ce qui se cache derrière cette affaire : une histoire d’amour compliquée. Très réussie, cette nouvelle fait partie des meilleures du recueil.

 

Les Hêtres-Dorés

 

Les Hêtres-dorés est le nom d’une résidence où est amené à travailler une bonne, alléchée par le salaire imposant proposé par les propriétaires. Située chronologiquement entre L’escarboucle bleue et La ligue des rouquins, cette nouvelle met en scène un drôle de couple, souhaitant voir leur nouvelle employée dans des situations particulières plutôt étonnantes. Suite à un incident augmentant encore les doutes de la jeune femme, cette dernière demande à Holmes son aide. Et le tour est joué, l’affaire est résolue. Sympathique, cette dernière nouvelle du recueil est dans la moyenne haute en terme de qualité.

 

 

C’est donc avec ces 6 nouvelles que se termine ce recueil, Les aventures de Sherlock Holmes. Même si leurs qualités sont inégales, certaines nouvelles sont de vrais petits bijoux, comme Les cinq pépins d’orange, La bande tachetée ou Le diadème de béryls. Avec une chronologie aussi désorganisée, pas forcément évident de s’y retrouver mais on finit, malgré tout, par y arriver. La suite : les 4 premières nouvelles (sur 12) du recueil Les mémoires de Sherlock Holmes, afin de terminer ce premier tome de l’édition Omnibus. Mais on y incorporera également une autre nouvelle, La boîte en carton, initialement présente dans ce recueil mais régulièrement soit oubliée, soit publiée à part, comme ici, en fin du troisième volume de cette édition. Elle reprendra sa « vraie place » dans ma lecture, en seconde position de ce second recueil.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :