Le signe des Quatre – Arthur Conan Doyle

Poster un commentaire

26 novembre 2014 par sweetmadonna

Après Une étude en rouge, place aux second roman de Sherlock Holmes, Le signe des Quatre. Ecrit en 1890, soit 3 ans après Une étude en rouge, Le signe des Quatre est d’une longueur presque identique au premier roman des aventures de celui qui est devenu le plus célèbre détective du monde littéraire. Cette fois, c’est évidemment un meurtre mais aussi une « chasse au trésor » qui va occuper notre héros et son camarade, le docteur Watson.

La structure du récit de ce roman est assez identique à celle du précédent. Nous découvrons l’affaire qui va nous intéresser dans les premières pages, Sherlock Holmes va nous montrer comment il va la résoudre, grâce à sa science de la déduction imparable, et le coupable démasqué va ensuite nous raconter son passé afin que l’on comprenne mieux les tenants et les aboutissants de toute cette histoire. On suit donc un schéma narratif fortement similaire, ce qui ne l’empêche pas d’être très efficace. On notera également que le coupable a, une fois encore, une bonne raison d’avoir fait ce qu’il a fait, se vengeant d’une trahison.

Si l’intérêt de l’histoire du Signe des Quatre est finalement assez limité, le roman permet malgré tout à Conan Doyle de proposer quelques évolutions pour ses deux personnages principaux. Ainsi, nous apprenons que le célèbre détective Sherlock Holmes ne peut pas laisser trop longtemps son formidable cerveau en sommeil. Il lui faut de l’action, de quoi se concentrer, le faire fonctionner. Si aucun mystère ne vient égayer son quotidien, il lui reste une seule solution : la cocaïne. Et voilà donc comment notre héros devient toxicomane. A la différence près que Sherlock Holmes semble particulièrement bien gérer les effets de la drogue et que la sensation de manque ne semble pas vraiment lui être connue.

Mais on en apprend aussi un peu plus sur notre narrateur, le cher docteur Watson. La première chose qui saute aux yeux, c’est la modification de sa blessure : alors qu’elle était censée être à l’épaule lors du premier roman, Une étude en rouge, voilà qu’elle est désormais à la jambe. Pas d’explication pour le moment mais il semblerait qu’il en vienne une plus tard. A voir… Le côté charmeur de Watson, homme à femmes, est aussi au menu de ce roman. Alors que l’on apprend qu’il a connu « des femmes sur tous les continents », le voilà qui tombe sous le charme de la cliente de Holmes, la belle Mary Morstan. Une rencontre qui ne sera pas qu’une passage si on en croit les dernières paragraphes de l’oeuvre.

Après un premier roman qui posait les personnages, proposait une intrigue intrigante et montrait un personnage de Sherlock Holmes haut en couleurs, Le signe des Quatre est un brin décevant, le ton étant légèrement moins vif et la construction narrative trop similaire. L’incohérence sur la blessure de Watson rajoute ce petit détail qui irrite. Mais cela n’empêche pas d’avoir envie de découvrir la suite, et celle-ci sera la première nouvelle du recueil « Les aventures de Sherlock Holmes » intitulée « Scandale en Bohème« .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :