L’île mystérieuse – Jules Verne

Poster un commentaire

12 novembre 2014 par sweetmadonna

On poursuit donc l’exploration de la bibliographie de Jules Verne par le roman L’île mystérieuse, tout d’abord sorti en 3 parties : Les naufragés de l’air (1874), L’Abandonné (1875) et Le secret de l’île (1875), le tout formant un joli pavé de plus de 800 pages.

 

 

L’oeuvre débute donc bien évidemment par sa première partie, Les naufragés de l’air. Elle nous permet de faire connaissance avec les personnages principaux du récit et le lieu dans lequel va se dérouler une très grande partie de l’intrigue : la fameuse île. L’histoire prend place pendant la guerre de Sécession. Cinq « nordistes » quittent la ville de Richmond, assiégée, à bord d’un ballon, en pleine tempête. Leur périple les mène jusqu’à une île apparemment déserte, où ils devront apprendre à subvenir à leurs besoins. Mais plusieurs événements étranges se produisent et, petit à petit, l’île ne semble plus aussi inhabitée que cela…

 

Jules Verne va de nouveau faire preuve dans ce roman de ses connaissances diverses et variées des sciences de son époque. En effet, les « colons » devront réussir à tout créer à partir de quasiment rien. L’occasion idéale d’aligner les connaissances scientifiques, l’ensemble formant presque un guide du parfait naufragé. Maçonnerie, sidérurgie, agriculture, architecture, botanique… Les thèmes ne manquent pas et Jules Verne ne se prive pas pour nous offrir le panel le plus large possible. Et, comme souvent, c’est via un personnage en particulier que les discours scientifiques passeront la plupart du temps : l’ingénieur Cyrus Smith, désigné d’office comme le « chef » de cette île, baptisée île Lincoln. Mais chaque membre de la petite colonie va apporter ses connaissances, permettant un développement impressionnant : Gédéon Spilett, le journaliste, Pencroff, le marin, Herbert, le jeune homme de 15 ans fans de faune et de flore, et Nab, le serviteur noir de Cyrus Smith. Ils sont accompagnés dans leur (mes)aventures par Top, le chien de Smith. On remarquera une nouvelle fois l’absence de personnage féminin. Une absence qui ne sera même pas abordée malgré les 4 années passées par nos 5 hommes sur cette île. Quoi qu’il en soit, avec l’ingénieur en instructeur, nos colons arriveront progressivement à fabriquer presque tout : une maison, un moulin, un four, un bateau, un télégramme ; des vêtements, des ustensiles, des armes, de la nitro-glycérine… Bref, tout semble possible tant l’île regorge de minéraux et de végétaux divers et variés.

 

 

Mais, outre le fait qu’être loin de toute forme de civilisation et ne pas avoir des nouvelles de leur pays en guerre contrarie quelque peu nos colons, des événements étranges se succèdent laissant à penser que nos naufragés ne sont pas forcément seuls : le sauvetage mystérieux de Cyrus Smith lorsque le ballon s’est écrasé en mer, les aboiements répétés de Top devant le trou de Granite House, la caisse pleine d’objets utiles qui s’échoue sur la plage, la barque détachée que les colons récupèrent de manière chanceuse, la bouteille à la mer… Une succession d’événements qui vont fortement intriguer Cyrsu Smith et Gédéon Spilett, là où Pencroff et Nab préfèrent y voir l’influence du hasard ou d’un être supérieur. La seconde moitié de la deuxième partie de L’île mystérieuse va nous proposer quelque chose d’assez rare pour l’époque : un cross-over. Ainsi, suite au message trouvé dans la bouteille, Pencroff, Harbert et Gédéon Spilett partent vers l’île Tabor pour essayer de trouver un naufragé. Et celui qu’ils vont ramener n’est autre qu’un personnage du roman Les enfants du capitaine Grant ! Et Jules Verne ne va pas s’arrêter là car une autre de ses oeuvres antérieures va venir s’immiscer dans la trame du roman : Vingt mille lieues sous les mers. Autant donc avoir déjà lu les deux oeuvres sus-citées pour apprécier la lecture de celle-ci. Une manière de donner de la profondeur à l’oeuvre globale de Jules Verne, même si la cohérence des dates laisse à désirer. Un détail tant il est agréable de revoir certains personnages que l’on pensait oubliés à jamais.

 

Guide de la survie sur une île déserte (mais hospitalière dans ses ressources tout de même), mine d’information sur l’état de la science de l’époque (une fois de plus), réflexion sur la condition de l’homme, son rapport aux autres, sa différence avec les animaux : L’île mystérieuse est un roman captivant, où l’on retrouve des personnages de deux autres oeuvres de l’auteur. Véritable épopée d’aventures, Jules Verne réussit à passionner dans un « huit-clos » et nous faire suivre les péripéties de nos 5 colons avec une vraie passion et un intérêt accru, notamment en ce qui concerne cette force mystérieuse qui semble protéger nos héros. Un roman qui est tout sauf une oeuvre mineure dans la bibliographie de son auteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :