Le dernier Evangile – David Gibbins

Poster un commentaire

23 janvier 2014 par sweetmadonna

Troisième roman de David Gibbins, Le dernier Évangile va, bien évidemment, nous parler de religion et plus précisément d’un document dont l’existence n’a rien d’officielle mais qui aurait une grande importance pour tous les chrétiens du monde : l’évangile de Jésus…

 

 

David Gibbins s’attaque donc à la religion avec ce troisième roman et suit les traces de l’un des maîtres du genre, Dan Brown. Mais inutile d’essayer d’opposer les deux titres puisque le thème principal du Dernier évangile reste l’archéologie et tout le récit est basé sur des faits historiques réels que nous fait revivre Gibbins. En effet, l’auteur va nous faire voyager dans le temps et l’espace, entre l’empereur Claude à Herculanum lors de l’éruption du Vésuve ou dans les sous-sols de la cité vaticane de nos jours, en passant par Londres et les paléochrétiens de Grande-Bretagne. Un voyage fascinant sur les traces de Jésus et de son message, sur les origines de l’Eglise et le cheminement de la parole du fils de dieu. Passionnant de bout en bout, Le dernier évangile donne un sacré coup de fouet aux aventures de Jack Howard et de ses camarades (on retrouve ici bien évidemment Costas, mais aussi Jérémy ou Hibermeyer) et a également le mérite de nous rappeler qu’une découverte de l’archéologue allemand attend toujours notre héros mais nous avons également droit à une révélation sur la vie personnelle de Jack dont nous entendrons sans doute parler lors du prochain (ou des prochains) roman(s). Bien évidemment, les explorations sous-marines sont présentes mais ne prennent pas une place prépondérante et l’aspect technologiques parfois très poussé est ici totalement invisible, donnant au titre un rythme beaucoup plus soutenu que les précédentes oeuvres de l’auteur.

 

Si Atlantis avait été une très bonne surprise de part son contenu, si Le chandelier d’or avait réussi à gommer une grande partie des défauts du premier titre, Le dernier évangile dépasse aisément ces deux oeuvres et nous offre le meilleur de Gibbins sans ses côtés pouvant prêter à débats. Ici, difficile de faire la fine bouche, d’autant que le lien lecteur/personnages sont de plus en plus forts et que la révélation touchant notre héros ne laisse pas insensible. On suit désormais les aventures de notre fine équipe comme on suivrait les épisodes de toute bonne série télé. En espérant que les prochains épisodes soient à la hauteur de celui-ci, vraiment excellent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :